There are no translations available.

La Préparation à l'entrainement par Guy Legrand

Pour s’entraîner, qui êtes-vous ? · un néophyte qui s’essaie pour le première fois à un sport, · un néophyte qui nous vient d’une autre discipline, il s’agit souvent de la course à pied.

· Un marcheur qui nous vient de la vitesse. Selon ces différentes origines, l’entraînement sera pratiqué de manières différentes, avec un but identique, participer à des épreuves de fond et de grand fond.

Un néophyte sportif sera déjà mis en condition pour la pratiquer. Tout dépend de l’âge également. Il devra prendre connaissance des règlementations liées à notre discipline (règlement de base de la marche et règlement de marche fond et de grand fond). La mise en route physique à l’entraînement sera progressive jusqu’à la compétition.

Un néophyte, que je nommerai ancien coureur, s’attachera également à ces règles. Cardiaquement il devrait être moins sollicité qu’à la course.

Pour ces deux néophytes au moins une séance par semaine devra être consacrée à la technique de la marche. Lors des différentes sorties, il vous faudra plus vous attacher à respecter les règles qu’à vouloir marcher à tant au kilomètre ou réaliser tel temps pour le battre la fois d’après.

Sur l’image ci-dessous, la marche doit respecter le double contact au sol (6ème personnage).


Au début, vous aurez mal aux jambiers antérieurs. Côté externe droit et gauche, dessous le genou jusqu’aux chevilles. C’est normal, ils ont été très peu sollicités jusqu’à présent, et le sont beaucoup en marche.



Tout comme le marcheur qui nous vient de la vitesse, dont je parle plus loin, pour vous entraîner, il vous faudra déterminer vos disponibilités sur la semaine. Egalement connaître vos objectifs, vos capacités. En fonction de ces critères, se détermineront vos séances et par conséquent les performances que vous vous êtes fixés. Il faut prendre aussi en considération le lieu ou vous vous entraînez (piste, route, chemin, sentier, plat, vallonné, etc.). Il va de soi que le travail et le rythme de la séance seront différents selon la nature du terrain. Je vais parler du marcheur venant de la vitesse, mais il est bien entendu que même les néophytes sont ciblés dans les lignes qui suivent.

Marcheur venant de la vitesse


Par contre, si vous venez de la marche de vitesse, vous n’aurez pas de problème à ce niveau. Mais allez faire un petit tour du côté du règlement de la marche de grand fond, qui diffère (accompagnateurs, ravitaillement, etc.).

Vous devrez vous attacher à conserver votre vitesse de base. Elle vous sera bénéfique et importante. Continuez à pratiquer des séances d’assouplissements (si vous en faisiez !).

Vous devrez vous imposer des sorties à allure 6, 7 ou 8 à l’heure. Ce sont des allures à laquelle vous n’êtes pas habitués, mais il vous faudra les exécuter. La marche de grand fond se pratique souvent à ces allures surtout sur PARIS-COLMAR et CHALONS-COLMAR. Vous aurez l’impression de ne pas être efficace à cette allure (si si c’est du vécu), de vous ennuyer, et c’est là que le marcheur venant de la vitesse a de gros soucis.

Marcher lentement s’apprend


Marcher longtemps, cela le marcheur de vitesse ne sait pas faire non plus. Avec mal aux épaules, aux cuisses, éventuellement des ampoules, alors cela devient compliqué. Cela le corps sait faire avec, mais là aussi il vous faudra vous adapter, vous armer de patience et persévérer.

Pour cela il faut être prêt dans la tête.

Et là nous touchons un point sensible, puisqu’il n’existe aucun plan d’entraînement pour effectuer des exercices mentaux. Certains accepteront ces difficultés et d’autres auront plus de mal ou ne le feront jamais. Il faut simplement faire preuve d’humilité et se remettre en cause après un échec. Sauf gros pépin physique, c’est souvent le mental qui est la cause du non aboutissement.

La seule chose qui doit rester à l’esprit est pourquoi vous entraînez-vous, quels résultats voulez-vous ?

Avant l’épreuve vous serez pétri de bonnes intentions (si si là aussi c’est du vécu). Je ferais tant au kilo, passage au 50 en telle heure, je mangerais cela, j’écouterais untel. Promis si je ne vais pas bien, secouez-moi. Et puis le jour J arrive, et patatras, un problème survient ou une baisse de régime, eh hop comme par enchantement les intentions d’avant compétition s’envolent.

Un conseil. Concentrez-vous sur l’épreuve, votre passage à vide est passager. Et réfléchissez au pourquoi vous êtes là, quelle performance vous étiez-vous fixée. Tentez de réduire au minimum ce passage à vide. Des semaines d’entraînement sont derrière vous, par tous les temps. Il serait trop bête de lâcher prise au premier couac.

Cela se travaille à l’entraînement aussi. Lorsque vous avez une séance à faire, vous n’avez pas envie (il fait froid, il pleut ou autre). Allez-y tout de même. Jean-Claude GOUVENAUX dit que PARIS-COLMAR c’est marcher quand on a plus envie. Alors habituez votre corps, votre mental à ces situations.

Vous savez lorsque vous avez décidé de participer à telle épreuve ou serez sélectionné à PARIS-NEUILLY-COLMAR ou CHALONS-COLMAR, la météo n’est jamais choisie et vous devrez faire avec.

Voilà NOS approches sur l’entraînement.

Nous allons vous proposer des plans d’entraînement, des planches d’exercices (stretching, technique). Nous ne sommes pas des professionnels, c’est donc uniquement avec nos expériences acquises, nos vécus aux cours de notre pratique que nous vous les restituons comme telles. Nous laissons le soin aux personnes diplômées et professionnelles en la matière de faire plus pointu.

Nous ne cherchons pas non plus à vous indiquer que nous avons la science infuse, chacun possède son expérience, et si celle-ci a abouti, il ne faut peut-être pas en changer, sous prétexte qu’untel a dit que c’était mieux comme cela.

Le but encore une fois est de toucher, les personnes qui sont isolées, ou qui recherchent des informations sur notre discipline. De leur faire connaître à eux aussi les moments de bonheur que nous avons vécu, les images qui resteront à jamais gravées dans notre mémoire. Si nous pouvons les aider à acquérir tout cela, nous aurons réussi la mission qui nous engageait.


Guy Legrand


Preparation to training par Guy Legrand

To involve yourself, who are you?

- a neophyte who tests himself for the first time at a sport

- a neophyte who comes from another discipline, it is often somebody who was in the race.

- A walker who comes from speed. According to these various origins, the training will be practised in different ways, with an identical aim, to take part in basic competitions of wakl.

A sporting neophyte will be already put in condition to practise it. It also depends on the age.

He will have to take note of the rules related to our discipline (basic rule of the walk and payment of walk).

The physical startup with the training will be progressive until the competition.

A neophyte, that I will call old runner, will also stick to these rules. What the heart is concerned there will be less requested than the race.

For these two neophytes at least a meeting per week will have to be devoted to the technique of walk.

At the different competitions, the most important for you is to take care of the rules more than walk kilometres or to carry out such time to beat it the next time.

On the image below, walk must respect the double contact on the ground (6th character).


At the beginning, your former leg will be hurt.

External side right and left, below the knee to the ankles. It is normal, they were very little requested until now, and they are much at work for the walk



Just like the walker who comes from the speed, about which I further speak, you will have to involve yourself , it will be necessary for you to determine your availabilities in the week.

You will also have to know your objectives, your capacities. According to these criteria, your trainings will be determined and so the performances that you fixed yourselves.

It is also necessary to take into account the place where you involve yourselves (track, road, way, path, dish, undulating, etc).

It goes without saying the work and the rate/rhythm of the training will be different according to the nature of the ground.

I will speak about the walker coming from speed, but it is clear that even the neophytes are targeted in the lines which follow

Walker coming from speed


On the other hand, if you come from the walk speed, you will not have any problem on this level.

But have a look at the rules of the walk , which differs (guides, supply, etc). You will have to do as to preserve your basic speed.

It will be beneficial and important for you. Continue to practise your trainings of easings (if you made some!).

You will have go to competitions and have a speed of 6, 7 or 8 km/ hour.

You are not accustomed to these averages, but you will have to carry them out.

The walk is often practised with these speed averages especially on PARIS-COLMAR and CHALONS-COLMAR.

You will have the impression not to be effective with these averages , to annoy you, and it is there that the walker coming from speed has some problems.

Walking for a long time is something that a speed walker can¢t do.

His shoulders and the thighs hurt, and eventually the sore feet, then it becomes complicated.

The body can make with it , but you will have to adapt, have patience and to persevere.

Therefore it is necessary to be ready in the head.

And here we touch a significant point, since there is not any plan of training to carry out mental exercises.


Some of you will accept these difficulties and others will have more difficulties or will never do it.

It is simply necessary to show humility and to ask yourself questions after a failure.

Except large physical pip, it is often the mental which is the cause of bad result.

The only question you will keep in mind is why involve itself you, what are the results you want to reach?

Before the competition you will have good intentions .

I would make so much at the km, passage to the 50 in such time, I would eat that, I would listen to this one or this one.

Promise that if I am not well, that you shake me.

And then the D-day arrives, damned, a problem occurs a break down,and as by enchantment the intentions of before competition fly away.

A piece of advice. You concentrate on the competition, your unproductive period is momentary.

And think about the reason why you are there, which performance you fixed.

Try to the minimum to reduce this unproductive period. Weeks of training are behind you, whatever the weather was.

It would be too stupid let everything fall down at the first false step. It is worked with the training too.

When you have a training period you do not want to have (the weather is cold, it rains or other).

Go ahead anyway. Jean-Claude GOUVENAUX says that PARIS-COLMAR is to go when one wants more.

Then accustom your body, your mental with these situations. You know when you decided to take part in such competitions or will be selected with PARIS-NEUILLY-COLMAR or CHALONS-COLMAR, the weather is never chosen and you will have to make with it. Here are OUR approaches on the training.

We will propose plans to train, boards of exercises (stretching, technique).

We are not professionals, It¢s only thanks our experiences, our living and practice and we restore them like that. We leave the care to the graduate and professional people on the matter to make more pointed.

We do not seek either to indicate that we have infused science, each of you has his experience, and perhaps if this one succeeded do not change some, because someone said that it was better that way or another way.

The aim once again is to touch, the people who are isolated, or who seek information on our discipline.

To make known to them the moments of happiness which we lived, the images which will remain engraved forever in our memory.

If we can help them to acquire that, we will have succeededin our mission.


Guy Legrand